Les médecins dans la Grande Guerre 1914-1918

Bayard

$15.00 $37.95
Sophie Delaporte / Moyen souple

1169

Pendant la guerre de 1914-1918, le monde médical connaît une mobilisation sans précédent. Par le nombre d'abord, avec plus de six mille médecins engagés sur le front ou à l'arrière, et par les questions nouvelles qui suscitent des débats passionnés. Ce premier conflit mondial du XXe siècle pose aux médecins des questions médicales et éthiques inédites auxquelles ils doivent répondre dans l'urgence. Les dégâts effroyables infligés au corps des combattants, à une échelle jusque-là inconnue, l'affluence et l'encombrement des formations sanitaires obligent les médecins à remettre en cause les principes énoncés jusqu'à l'entrée en guerre : opérer ou non les blessés de l'abdomen, amputer ou conserver le membre atteint, soigner ou juger les blessés qui refusent les soins et ceux qui s'infligent des mutilations pour échapper au front. Une question qui engage le médecin dans le terrible processus de la justice de guerre, dont on connaît la rigueur implacable. Tout doit être repensé dans l'urgence d'un drame permanent. Le travail de Sophie Delaporte, auteur de Gueules cassées (Noêsis, 1996), trouve ici son prolongement. L'histoire du corps et de la médecine en temps de guerre, discipline à part entière dans les pays anglo-saxons, est en France un champ inexploré. Les médecins dans la Grande Guerre enrichit l'étude de la violence de guerre, longtemps sacrifiée à l'analyse politique, stratégique, sociale et culturelle