L'avènement de la linotype : le cas de Montréal à la fin du XIXe siècle

VLB éditeur

$9.00 
Bernard Dansereau / Gros format souple

À Montréal, à la fin du siècle dernier, l'arrivée d'une machine bouleversera toute une industrie. La machine à composer, fruit de très longues années de recherche, envahira tout à coup tous les ateliers de composition des journaux, et ensuite la majorité des ateliers d'imprimerie. Rarement a-t-on vu une nouvelle technologie s'implanter aussi rapidement. Ce bouleversement que connaît l'imprimerie transformera la façon de produire l'imprimé, et son impact sera si grand qu'il sera ressenti par l'ensemble de l'industrie. Des entreprises disparaîtront, d'autres seront créées, toutes en lien avec l'apparition de la nouvelle invention. L'imprimerie n'occupe alors que trois pour cent de la main d'oeuvre manufacturière québécoise, mais elle regroupe des travailleurs parmi les mieux rémunérés de l'époque. Parmi ceux-ci, les typographes sont directement touchés par cette innovation. Ils sentent leurs emplois menacés et réagissent en tentant de contrôler l'implantation de la nouvelle technologie. Nous assistons à ce moment à la première négociation collective portant sur un changement technologique d'importance. Pour l'époque, cette négociation représente un modèle, et peut-être l'est-elle encore aujourd'hui? Ainsi, l'apparition de la machine à composer entraînera de tels changements qu'il n'est aucunement abusif de parler de révolution.