Captif, de roses enchaîné

Éditions de la pleine lune

$8.00 $28.95
Jeffrey Moore / grand souple

 

Jeffrey Moore partage son temps entre Montréal, où il est né, et Val Morin, au Québec. Il a étudié à l'université de Toronto, à la Sorbonne et à l'université d'Ottawa. Il est traducteur et chargé de cours aux universités de Montréal et Concordia, mais se consacre de plus en plus à son écriture. En 1980, il a traduit en anglais Un Québec impossible, de Pierre Vallières. La version anglaise de Captif, de roses enchaîné, acclamée par la critique internationale, lui a valu le prestigieux PRIX LITTÉRAIRE DU COMMONWEALTH. L'ouvrage est en cours de traduction en japonais, néerlandais, allemand et portugais.

N'allez pas imaginer, je vous prie, comme je le fis pendant si longtemps, que le contenu de la Page déclenchera les événements qui suivent. Cela ne se passe pas ainsi dans la vie. Le cours de l'existence n'est pas imprimé sur une feuille de papier arrachée d'un livre au hasard; seuls des mystiques ou des enfants pourraient le penser.

Une union est préordonnée. Milena, c'est le billet de loterie dans le caniveau trouvé par Jeremy, le perdant. Il ramasse le billet déchiré et rêve, comme un gamin de cinq ans, qu'il a toujours une chance de gagner. Milena, l'or du fou, l'or de l'alchimiste, la scintillante sirène tzigane; jeremy, le dingue, le dindon de la farce, la dupe, s'agite, gîte et gît... Oh, je le méritais! Je voyais venir le coup. Elle m'avait averti, d'autres m'avaient averti, mais je ne voulais pas les entendre. Parce que j'étais amoureux, aveuglément amoureux, follement amoureux. Et quand on est aveugle et fou, les choses vont mal, n'est-ce pas? Les événements conspirent, les vies se heurtent de plein front; moi, Jeremy, je me suis mépris. J'ai pensé que Milena était ma promise.

Captif, de roses enchaîné pourrait bien être un des romans-cultes du Montréal multiculturel, jeune, cultivé et irrévérencieux.
Carole Beaulieu, L'Actualité.